Rechercher
  • Gilles Pardon

CONSCIENCE ET HYPNOSE


De l’hypnose au fonctionnement conscient du cerveau



Le cerveau humain est traversé de millions de connexions neuronales qui relient entres elles les différentes régions cérébrales. Informations clef pour la suite de l’expérience.





Mais comment fonctionne le cerveau lorsqu’il est conscient et lorsqu’il ne l’est pas ?



Des chercheurs ont étudié les connexions de ces différentes zones cérébrales. Des capteurs ont été placés sur le crâne d’une patiente très réceptive à l’hypnose. Cette technique d’électroencéphalographie, sert à mesurer les courants électriques émis par les différentes zones du cerveau en état de pleine conscience et en état d’hypnose.

En pleine conscience, on constate que la totalité des zones du cerveau sont en activité.

La patiente est ensuite placé sous hypnose, avec la suggestion du surdité totale, afin de constater les zones captant les sons et les zones off.

On constate alors que même si la patiente n’entend rien consciemment, son cerveau continue de capter les informations sonores autour d’elle. Cependant, une zone est en arrêt total, « l’onde P300 », qui correspond au cortex préfrontal et cortex pariétal.

La prise de conscience est alors corrélée avec l’onde P300 qui serait le stimuli nécessaire à la conscience.


Se concentrer sur une lecture, comme celle de cet article, vous permet d’être conscient de ce que vous êtes en train de lire (et toutes vos zones cérébrales sont actives pour cela), tandis qu’autour de vous, d’autres stimuli sont également présents, le bruit de votre ordinateur, une voiture qui passe, votre corps installé sur ce siège, mais ils sont inconscients (l’onde P300 bloque ces informations). C’est ainsi qu’en vous concentrant sur un élément particulier, vous pouvez alors faire le vide autour de vous et ne plus rien percevoir de votre environnement.


Le cerveau a donc la capacité d’empêcher certaines zones de fonctionner. Nous ne savons pas encore comment la suggestion hypnotique éteint l’onde P300 mais suite à cette étude, qui fut ensuite approfondie (voir l’article en entier réf. ci-dessous), il est clair que le système de blocage vient du cortex singulaire antérieur qui agit comme un interrupteur. Ce serait alors cette partie du cerveau qui serait la source de « troubles neuro-fonctionnels » (perte de vue sans raison, paralysie…). Un mécanisme semblable à celui de l’hypnose serait alors source de ces symptômes. Il viendrait à bloquer certaines zones cérébrales et rendrait ces comportement inconscients et involontaires de la part des patients. Cette hypothèse reste à démontrer, recherches en cours.


Article rédigé suite à la lecture du "N°144, juin 2022, Cerveau & Psycho".





Mon petit mot :


Ce que je souhaite que vous gardiez de cet article, c’est que se concentrer, c’est donner la possibilité à toutes les zones de votre cerveau d’être sur un seul et même sujet à la fois.

Avoir un objectif permet de ne pas s’évaser dans son travail. Vous permettez alors à votre cerveau d’activer toutes ses zones, dont celle de l’apprentissage, et donc d’évoluer pleinement et efficacement.




Cavaliers, vous devez savoir pourquoi vous avez les fesses sur votre selle à chaque séance!




10 vues0 commentaire